Modele declaration degat des eaux

Lorsque de l`eau est fournie pour répondre aux besoins en eau domestique et productif, un large éventail d`avantages peut être réalisé. L`approche nationale-plus a été associée à de multiples impacts de la pauvreté, y compris le revenu, la sécurité alimentaire/nutrition, la santé, l`équité entre les sexes et la réduction de la vulnérabilité et des moyens de subsistance. Ces impacts s`harmonisent bien avec l`article 12 du PIDESC, qui stipule que chacun a droit à “l`amélioration continue des conditions de vie”. Si les prestataires de services de l`eau interprètent la priorité de l`eau potable salubre et propre à l`exclusion des autres droits de l`homme, les avantages potentiels des activités productives peuvent être sapés, ce qui contredit l`intention de l`article 12. Bien qu`une poignée d`autres documents touchent également les conflits armés comme un obstacle à la fourniture de services d`eau, Dushanbe adopte une approche différente en encadrant l`eau comme un moyen de renforcer la coopération. Douchanbe soutient que l`eau rassemble plus souvent les gens qu`il ne crée des conflits. Cet optimisme pourrait être emprunté pour conceptualiser l`eau comme un outil Global positif, plutôt que comme une source pérenne de problèmes. Maude Barlow propose 10 principes pour créer et gérer un patrimoine de l`eau. Ces principes sont larges, allant de l`application des droits de l`homme et du droit public de la fiducie aux politiques de gestion de l`eau pour améliorer la conservation et l`exécution publique. Elle voit aussi la privatisation des approvisionnements en eau comme antithétique à cette notion des communes. Elle cite le cas de Felton, en Californie, qui a repris son réseau public d`aqueduc après une expérience de privatisation ratée. Cochabamba, Bolivie expérimente avec les services publics d`eau gérés par la communauté pour fournir de l`eau de qualité à des prix équitables.

En Afrique du Sud, les communautés ont rejeté les compteurs d`eau prépayés et les systèmes de tarification qui sapent la sécurité de l`eau des familles. Prenons l`exemple de la société finlandaise Botnia, opérant en Uruguay. Sa production de produits de cellulose consomme 80 millions litres d`eau par jour, en utilisant un grand pourcentage de la production journalière des services publics uruguayens à un prix bas et subventionné. Des subventions régressives similaires sont trouvées dans le monde entier – en particulier aux États-Unis – où l`eau d`irrigation est nettement inférieure au coût, une aubaine pour les agro-entreprises à forte intensité d`eau et un coup aux agriculteurs familiaux. En 2010, le droit de l`homme à l`eau a été déclaré dans la résolution 64/292 de l`ONU. Cette mesure portait exclusivement sur la priorité pour les usages domestiques tel qu`énoncé au CG15, tout en ajoutant le droit à l`assainissement. Toutefois, comme nous l`avons fait valoir plus haut, CG15, qui est la base de la résolution 64/292, oblige également les États à respecter, protéger et remplir d`autres droits de l`homme qui dépendent de façon critique de l`eau, y compris le droit à un niveau de vie adéquat, à la dignité, à la nourriture et au travail. L`étude du FSSF montre que l`utilisation productive de l`eau se fait dans une gamme de réseaux d`aqueduc et que les types d`activités productives varient selon le contexte. Cette constatation implique que l`élargissement du droit de l`homme à l`eau ne devrait pas cibler (ou exclure) certaines utilisations ou technologies, et devrait plutôt viser explicitement le droit à l`eau pour répondre à l`ensemble des besoins nationaux, sanitaires, sanitaires et de subsistance.

This entry was posted in Uncategorized by admin. Bookmark the permalink.

Comments are closed.